saint jean baptiste

Paroisse saint Jean Baptiste en Bresse
Lien paroissial durant la période de confinement
 Textes de la messe du dimanche des Rameaux - année 2020
cliquez le lien :  https://youtu.be/WYQ0f-t6RYY

       1e lecture : Is 50, 4-7, Psaume 21, 2e lecture: Ph 2, 6-11, Évangile : Mt 26,14-27,66

                                                                

« Dans les grandes étapes d’une vie, il y a les joies qui illuminent et les ruptures qui accablent. Ce dimanche des Rameaux et de la Passion du Christ invite à passer de l’échec à l’espérance, de la peur au don de soi. Une des plus sérieuses tentations qui étouffent la ferveur et l’audace est l’échec. Si nous n’y prenons pas garde, il peut nous transformer en pessimistes mécontents. Pourtant l’échec offre une prise de conscience, parfois douloureuse, de ses propres limites… Le triomphe chrétien est toujours une croix, mais une croix glorieuse. La peur est l’un des autres obstacles ; Pierre n’y échappera pas : « Je ne connais pas cet homme ! ». La croix est le signe de cet amour partagé. L’amour pour les autres est une force spirituelle qui permet la rencontre totale avec Dieu, à tel point que celui qui n’aime pas son frère marche dans les ténèbres, et demeure dans la mort. Benoît XVI aimait dire que « fermer les yeux sur son prochain rend aveugle aussi devant Dieu ». De passages en passages, marchons vers la lumière de Pâques.(Père Didier NOBLOT, dans Magnificat d’avril page 14 et 15)

Actualité

Le « niveau » de mon humanité ne se mesure pas à l'aune de mes « possibilités » - de penser, d'agir, de produire, que sais-je encore - mais de ce « pâtir avec ». 

D'ailleurs, notre civilisation a commencé le jour où l'un de nos ancêtres, voyant son prochain qui était mort, s'est arrêté à ses côtés pour l'enterrer. Nous sommes passés de l'animalité à l'humanité quand nous avons fait quelque chose pour quelqu'un qui ne pouvait rien faire pour lui-même. Je crois donc que la pandémie que nous affrontons nous invite à un discernement crucial : suis-je capable de m'arrêter auprès de mon prochain ? Lorsque, sur ma route, je vois un homme en détresse, est-ce que je « passe de l'autre côté », comme le prêtre et le lévite, ou est-ce que je suis « saisi de compassion » au point de prendre soin de lui, comme le Samaritain de l'Évangile (Luc, 10) ?

       Mais comment être un bon Samaritain lorsque l'on est cloîtré chez soi ?

Le simple fait de reconnaître humblement son impuissance à agir, de dire à l'autre son impossibilité douloureuse de faire quelque chose, est déjà une manière de créer des liens forts, des liens d'autant plus profonds qu'ils sont tissés dans la vérité de notre humanité fragile. Oui, nous sommes des êtres limités, nous sommes des créatures. Cette situation inédite de confinement est, il me semble, un appel à grandir en humilité, à assumer nos limites qui sont inhérentes à notre humaine condition.  Mais même confinés, nous pouvons inventer mille et une manières de prendre soin de notre prochain. L'amour trouve toujours une façon de s'exprimer, y compris dans les conditions les plus inattendues. Dans ces moments-là, à chacun de nous d'être créatifs pour soigner la communion. (Extrait de La Vie)

Annonces du dimanche des Rameaux – 5 avril 2020

Rendons grâce pour un témoignage chrétien empreint de calme, de paix et de confiance
dans le Seigneur, au sein d'une société angoissée et désemparée; pour les familles, qui retrouvent l'importance d'être réunies et de prendre du temps ensemble, pour les personnes qui ont bénéficié d'une guérison, après avoir reçu des soins attentifs et avoir été portées par la prière. Merci aussi pour ces gestes simples mais indispensables de sollicitude et d’attention au creux de nos villages.

Prions pour Gérald, malade, pour les défunts de la paroisse: monsieur Guy CHAUVILLE, madame Marie FOYARD, madame Alice DUBUIS et madame Jacqueline COULON.

saint jean baptiste

Paroisse saint Jean Baptiste en Bresse

Textes de la messe du 5ème dimanche du Temps de Carême année 2020

Ezekiel 37, 12-142, psaume 129, Lettre de St Paul aux Romains 8,8-11, Evangile selon St Jean 11,1-45

« La résurrection, c’est traverser la mort pour accéder à la vie nouvelle, la vie sans condition, sans restriction, ce que la foi chrétienne appelle  « vie éternelle »…C’est aujourd’hui, c’est maintenant, c’est dans l’histoire de ce monde que Dieu agit. C’est dans notre vie telle qu’elle est, c’est dans ce temps du Carême de l’année 2020 que Dieu agit. De quelle manière suis-je appelé à accueillir la vie nouvelle que le Seigneur m’offre ? Quels tombeaux (parfois si confortables…) la voix puissante du Christ m’invite-t-elle à Quitter ? Que le linceul dont je suis ligoté devienne comme les langes d’un nouveau-né ! Nous sommes en chemin vers Pâques pour célébrer la résurrection du Christ, qui est la promesse et le gage de notre propre résurrection. Dès aujourd’hui, dès maintenant. (Christèle Javary dans Magnificat de mars 2020 page 392 et 393)

Actualité 

« Les grandes crises sont des miroirs grossissants. On y voit l’être humain de plus près, avec ses bons et ses mauvais côtés. On s’en trouve d’autant plus saisi que certains basculent dans l’indignité tandis que d’autres s’élèvent au-dessus des circonstances, à des hauteurs parfois vertigineuses pour nous autres, gens ordinaires. .. Il y a ceux, reconnus ou inconnus, qui tirent l’humanité vers des sommets rarement atteints – les voilà, les vrais premiers de cordée ! On ne rappellera jamais assez le cas de Li Wenliang, à Wuhan. À Compiègne, le Dr Jean-Jacques Razafindranazy a connu le même sort que son jeune confrère chinois. Son sacrifice émeut d’autant plus que ce médecin aurait pu faire valoir ses droits à la retraite…

Une seule certitude, finalement : le rôle des chrétiens est tout trouvé. Accompagner, soutenir, prier, témoigner, soulager par la Parole et par les actes. Comme le disait si justement Erwan Le Morhedec dans une récente chronique dans La Vie, on ne sait peut-être pas ou peut-être plus où VA l’Église, ballottée de crise en déconfiture. Dans ces circonstances, alors que la vie sacramentelle et communautaire se trouve brutalement suspendue, on le comprend moins encore. En revanche, on voit très bien où EST l’Église et où elle se tiendra, tant que durera l’épidémie et que se feront sentir ses conséquences. En cela, les grandes crises sont aussi des révélateurs de vérité et des accélérateurs de sainteté. On ne voit pas venir les cygnes noirs, ces événements qui bouleversent tous les calculs. Mais on peut saisir les signes des temps, à la lumière de l’Évangile » (Extraits de l’Edito de Jean-Pierre Denis de la Vie du 25 mars 2020).

Annonces pour ce dimanche 29 mars 2020

  •     Plusieurs demandes de prière pour des proches (personnes malades, seules, isolées, en contacts professionnels avec le virus…) Intention pour Edwige à la Chapelle Thècle, pour Chantal à Ratenelle, pour Pierre à Ratenelle, pour Hélène à Cuisery, pour Laura à Romenay, pour Gilbert de Romenay
  •      Action de grâces pour Daniel et Jacqueline qui ont confectionné des masques pour la gendarmerie de Cuisery , pour les gestes gratuits de partages ente voisins dans nos villages, et rendons grâces au Seigneur:- Pour les appels téléphoniques remplis d'amitié aux personnes isolées ou malades, pour les initiatives de toutes sortes qui, grâce à l'informatique, parviennent à maintenir un lien vivant et fraternel entre les membres de nos communautés, pour le souci de tous, manifesté dans la discipline des uns et des autres afin d'éviter la propagation du virus. Pour Pascale qui confie la situation actuelle à la Vierge Marie et invite à prier le chapelet quotidiennement, en lien avec elle.
  •      Pour des défunts : Mme Colette d’Ivernois, Mr Robert Casseville, Mr Michel Moureaux, Mr Gérard Guinet et Mme Cathy Plesse.
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (200329-Annonces 29 mars 2020[1740].doc)200329-Annonces 29 mars 2020[1740].doc[ ]37 Ko